http://www.capitale-nationale-cote-nord.upa.qc.ca

Québec, 29 août 2018 – On en parle depuis des années mais elle est bien concrète : la pénurie de main-d’œuvre se fait de plus en plus sentir, causant bien des maux de têtes aux producteurs agricoles.

 

En agriculture, le constat est alarmant : « De nombreuses entreprises sont aux prises avec un important manque de main-d’œuvre, ce qui représente un frein à leur développement » s’inquiète Jacynthe Gagnon, présidente de la Fédération de l’UPA de la Capitale-Nationale-Côte-Nord.

 

Selon les données recueillies par le Centre d’emploi agricole de l’UPA de la Capitale-Nationale-Côte-Nord, seulement un poste sur cinq a été comblé au cours de la dernière année pour les emplois permanents offerts dans les entreprises agricoles de ce territoire. De plus, pour une centaine d’entreprises agricoles, 88% des emplois saisonniers ont été comblés par de la main-d’œuvre étrangère, provenant principalement du Mexique et du Guatemala. Autrefois principalement recrutée dans les entreprises maraîchères, la main-d’œuvre étrangère est de plus en plus demandée pour combler des emplois spécialisés.

 

Réelle problématique autant pour les régions que pour les villes, la pénurie de main-d’œuvre fait partie des enjeux discutés depuis le début de la campagne électorale. À ce sujet, le maire de Québec M. Régis Labeaume a récemment exhorté les politiciens à favoriser l’immigration dans la région de Québec. Selon lui, la vitalité économique de sa Ville en serait tributaire.

 

Madame Gagnon partage cet avis : « Il faut interpeller les candidats sur cet enjeu crucial pour le développement et la survie de plusieurs entreprises agricoles dans la région ».

— 30 —

Source et information :
Catherine Vigneault
Responsable des communications et de la vie syndicale
Fédération de l'UPA de la Capitale-Nationale-Côte-Nord
418 872-0770, poste 221