https://www.capitale-nationale-cote-nord.upa.qc.ca

Québec, 17 juin 2020 – L’autocueillette débutera sous peu dans les champs de fraises de la région de Québec, un retour qui est d’autant plus attendu après ces longues semaines de confinement. Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. André Lamontagne, a annoncé la relance de l’activité d’autocueillette il y a trois semaines. Grâce à la mise en place de mesures de prévention recommandées dans le contexte de la Covid-19, l’autocueillette peut se dérouler en toute sécurité dans les champs. Les producteurs agricoles aménagent leurs installations afin de mettre en œuvre les recommandations du gouvernement et de l’Institut national de santé publique.

Alliant plaisir, fraîcheur inégalée, saveur et contact direct avec le producteur, l’autocueillette est devenue une expérience agrotouristique de plus en plus prisée par les consommateurs. L’engouement pour l’achat local, déjà bien ancré chez les Québécois, a gagné en popularité en raison de la crise et gageons que l’arrivée des premières récoltes québécoises accentuera encore plus ce mouvement d’achat local et de rapprochement avec les producteurs agricoles.

Vous souhaitez faire de l’autocueillette dans la région de la Capitale-Nationale? Le site web www.autocueillette.com, déjà bien connu et apprécié des cueilleurs, a fait peau neuve ce printemps. Épuré, adaptatif et affichant encore plus de photos, ce site permet de repérer très rapidement une ferme soit par territoire ou encore par production. Les internautes y découvrent également des informations sur les cultures d’ici, des conseils pratiques sur la conservation des fruits et légumes récoltés et un concours.

Pour célébrer l’autocueillette, qui est la parfaite équation entre l’approvisionnement local et le rapprochement avec l’agriculteur qui produit nos aliments, le site web www.autocueillette.com lance un concours. À qui la chance de gagner le livre Mangez local! de Julie Aubé? Elle nous fait découvrir une foule d’astuces et de techniques de conservation pour déguster à l’année les produits cueillis dans les champs cet été ou cet automne. Effectivement, la récolte de fraises et de pommes est une tradition bien ancrée pour bon nombre de familles québécoises, mais la liste des produits offerts tout au long de la saison des récoltes ne cesse de s’allonger. On peut cueillir soi-même framboises, bleuets, cassis, cerises, abricots, raisins, poires, prunes, etc. La nouvelle tendance est l’autocueillette de légumes. Et là encore, la variété est au rendez-vous : poireaux, haricots, maïs, tomates, poivrons, courges et citrouilles ne sont que quelques exemples.

Une visite à la ferme est aussi une superbe occasion d’apprendre aux enfants d’où proviennent les aliments qui garnissent leur assiette et de les initier à une saine alimentation. Ils seront très heureux de mettre leurs petites mains à la pâte pour cuisiner ou conserver ces aliments. D’autres raisons pour faire de l’autocueillette? Fraîcheur inégalée, saveur et qualité à leur plus haut potentiel, car les fruits et légumes sont récoltés à pleine maturité, mais aussi réduction de l’emballage et du kilométrage parcouru par les aliments. L’autocueillette est d’abord et avant tout une formidable occasion de sortir au grand air et de goûter à de délicieux produits frais et locaux.

Le site web www.autocueillette.com est coordonné par la Fédération de l’UPA de la Capitale-Nationale–Côte-Nord. La mise à jour du site web est financée par l’entremise du programme Proximité, mis en œuvre en vertu du Partenariat canadien pour l’agriculture, selon une entente conclue entre les gouvernements du Canada et du Québec.

— 30 —

Source et information :
Catherine Vigneault
Conseillère en communication et vie démocratique
Fédération de l’UPA de la Capitale-Nationale–Côte-Nord
418 872-0770, poste 207