https://www.capitale-nationale-cote-nord.upa.qc.ca

Québec, 26 octobre 2017 – « Nous devons poursuivre notre mobilisation, afin d’avancer ensemble pour défendre nos intérêts, tant au niveau local, régional que provincial, et ce, en collaboration avec les consommateurs et les politiciens », a déclaré la présidente de la fédération régionale de l’UPA de la Capitale-Nationale—Côte-Nord, Jacynthe Gagnon, en marge de l’assemblée générale annuelle de la Fédération qui se tenait le 25 octobre à Québec.

Plusieurs dossiers sont à surveiller dans les prochains mois et prochaines années et les membres sont aux faits de l’importance de défendre les acquis. Entre autres, la protection tu territoire agricole ainsi que le dossier de la fiscalité foncière agricole. L’augmentation importante du fardeau fiscal des producteurs, en raison notamment de la hausse substantielle de la valeur des terres (800 % en 20 ans), exige des changements au Programme de crédit de taxes foncières agricole. L’UPA a aussi des propositions intéressantes à formuler au gouvernement et aux municipalités. « En début d’année, le gouvernement du Québec a pris une bonne décision en abandonnant sa réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles. Il faut maintenant se remettre au travail et trouver des solutions à long terme », a dit le président général, M. Marcel Groleau.

Également, les producteurs agricoles souhaitent le réinvestissement dans les programmes de développement. Il nous apparaît essentiel d’en bonifier certains et fondamental d’en créer de nouveaux. Les changements climatiques font aussi parties des préoccupations pour l’ensemble du milieu agricole. D’ailleurs, le programme Agriclimat permettra aux producteurs de bien comprendre l’évolution de ces changements et de s’y préparer. Sarah Delisle, du ‎Conseil pour le développement de l’agriculture au Québec (CEDAQ), a présenté les faits et les prévisions de ces changements en conférence lors de l’assemblée.

L’assemblée a aussi étudié les résolutions concernant le prolongement du plan de financement de l’UPA, l’appui aux fermes de petites tailles et l’apport du gouvernement du Québec si l’augmentation du salaire minimum passe à 15$/heure. Les trois résolutions ont été acceptées.

« Nous sommes prêts pour entamer notre nouvelle année sur une base collective solide et serons proactifs pour assurer le bon fonctionnement de notre organisation. Nous sommes, plus que jamais, forts et unis et continuerons de démontrer que l’agriculture est un secteur économique essentiel pour la région et le Québec », a conclu Mme Gagnon.

— 30 —

Source et information :
Cathy Chenard
Responsable des communications
Fédération de l'UPA de la Capitale-Nationale-Côte-Nord
418 872-0770 #221