https://www.capitale-nationale-cote-nord.upa.qc.ca

Capitale-Nationale, 17 février 2016 – Une cinquantaine d’acériculteurs de la Capitale-Nationale ont répondu à l’appel de la mobilisation provinciale, de mardi dernier, afin de faire entendre leur désaccord et leur mécontentement envers les recommandations du rapport Gagné déposé la semaine dernière. L’inquiétude se fait sentir auprès de ces producteurs lorsqu’il est question d’abolir ce modèle de mise en marché collective.

Plus de 1 200 producteurs étaient rassemblés au Centre des Congrès de Québec et tous étaient d’avis qu’il est temps que le gouvernement du Québec comprenne que le développement économique et l’agriculture sont directement reliés. L’acériculture est un secteur économique rentable, performant et reconnu mondialement. Si les recommandations du rapport Gagné sont mises en action, cela nuira au développement en acériculture et ramènera les producteurs, ainsi que toute la filière, dans une époque de «far west». Ce seront des milliards de dollars perdus pour le Québec. «Nous ne permettrons pas à Pierre Paradis de nous ramener en enfer!», a dit Jacynthe Gagnon, présidente de la Fédération régionale de l’UPA de la Capitale-Nationale-Côte-Nord.

Plusieurs questionnements planent sur le milieu agricole et les producteurs ne sentent aucun appui du gouvernement. Pourtant, le fonctionnement qu’a mis en place la Fédération des acériculteurs du Québec a prouvé, depuis plusieurs années, son efficacité. «Les producteurs acéricoles ont de quoi être fiers de leur secteur et de leur fonctionnement, il ne faut pas laisser aller nos acquis», a ajouté Mme Gagnon. Le système de mise en marché a créé une forte augmentation des ventes, des exportations et des revenus et a permis d’investir plusieurs millions de dollars en recherche et développement ainsi qu’en réalisation de projets. «Ça fait plus de 25 ans que je travaille à construire le plan conjoint des producteurs. Hier, j’ai eu la preuve que les producteurs étaient derrière la Fédération. Nous avons un produit inspecté, nous faisons de la promotion, de la recherche et nous avons une bonne réserve», a lancé Alain Gauthier, président du Syndicat des producteurs acéricoles de la région Québec-Rive-Nord.

De plus, les consommateurs bénéficient de ce système en ayant des prix stables ainsi qu’une assurance de qualité sur tous les produits de l’érable qui sont mis en marché. «Nous avons un juste prix pour les producteurs et pour les consommateurs. Il n’est pas question de laisser un ministre détruire ce qui a été bâti aussi durement», a conclu M. Gauthier.

La région compte 183 entreprises acéricoles, 1 315 553 entailles, un chiffre d’affaires de plus de 7,8 M$, qui génèrent près de 300 emplois.

— 30 —

Source et information :
Cathy Chenard
Responsable des communications et de la vie syndicale
Fédération de l'UPA Capitale-Nationale-Côte-Nord
418-872-0770 #221